Exposition produite par Photo-Vision

 


Benjamin Abrahão
Lampião et son groupe
Sertão du Rio São Francisco, 1936
Collection Instituto Moreira Salles
© ICCA et Sociedade do Cangaço


Reddition du cangaceiro Pancada
Etat d’Alagoas, 1939
Collection Frederico Pernambucano de Mello


 

 

 

Cangaceiros. Les bandits d’honneur du Sertão brésilien

Cette exposition, dont l’historienne Elise jasmin a assuré le commissariat, retrace, à travers la photographie, la destinée tragique des cangaceiros, ces légendaires bandits d’honneur du sertão brésilien. Ce projet a été produit et réalisé par Photos- Visions.

Poursuivis sans relâche pendant près de vingt ans par les forces de l’ordre
de sept états du Nordeste brésilien, le célèbre cangaceiro Lampião et sa horde de bandits ont sillonné et dévasté l’une des régions les plus aride et les plus pauvres du Brésil : le sertão. Guerriers vaillants pour les uns, brutes sanguinaires pour les autres, les cangaceiros sévirent de 1922 à 1938, date à laquelle les forces de l’ordre mirent fin à leur règne de terreur. Une grande partie d’entre eux furent décapités, leurs têtes transportées de ville en ville et exhibées sur les places publiques avec un souci extrême de mise en scène. Mais la mort de ces bandits, plus particulièrement celle de Lampião, fut contestée par une partie de la population du Sertão qui croyait et croit encore aujourd’hui en l’invulnérabilité de ses héros.

Sous le règne de Lampião, les cangaceiros se sont fait photographier en permanence, manipulant habilement les médias afin de défier le pouvoir et
construire leur légende. Face à ce foisonnement d’images à la gloire des cangaceiros, surgirent d’innombrables photographies commanditées par leurs adversaires. Toutes ces images circulèrent et frappèrent les imaginations, la presse devenant ainsi un lieu d’affrontement où l’image photographique devenait à la fois une arme et un outil de communication.

Cette exposition couvre toute l’épopée de Lampião et de sa bande (1922-1938), s’ouvrant sur les premiers portraits du célèbre cangaceiro et de sa famille et se refermant sur les images des bandits décapités. Cette rétrospective se propose de rendre compte des multiples appropriations dont la photographie peut faire l’objet, tantôt au service du pouvoir en place, tantôt au service de la subversion

 
 

 

[retour liste]