WEEGEE

présenté par la Fondation AUER ORY

 

Contact
site

 

Weegee_Mort-subite_1939

"Weegee the famous "
Weegee, en fait, né Usher H. Fellig en Autriche-Hongrie.

En 1909, il rejoint son père dans le Lower East Side de Manhattan, parti trois ans plus tôt en reconnaissance aux Etats-Unis. Devenu Arthur (Usher américanisé) est un petit garçon naïf parlant yiddish, allemand et polonais, qui suit l'école publique en langue anglaise en compagnie d'autres enfants d'immigrants, avant d'être admis dans une classe régulière. Il aime l'école, ses professeurs, les livres, l'écrivain Horatio Alger. Il est subjugué par le détective Nick Carter, qui devient son héros. En une semaine, il se sent un nouveau garçon...

A la sortie de l'école, il vend des bonbons achetés à crédit, il gagne entre un et deux dollars par jour et paie ses dettes en fin de semaine, "100% profit" dit-il. La famille est pauvre, son père vend avec peine des charrettes et pratique de petits boulots.

En 1914, Arthur décide de quitter l'école et de travailler pour aider sa famille... Fasciné par un portrait réalisé en ferrotypie que vient de faire un photographe de rue, il se dit qu'il "est né naturellement photographe, l'hyposulfite étant son sang". Après avoir commandé le matériel à Chicago, il travaille pendant de longs mois comme opérateur ferrotypiste de rue, avant d'entrer chez un photographe commercial sur Grand Street qui possède un "vrai studio avec lucarne". Il gagne 4 dollars et 15 cents par jour. Il s'achète une montre...

Son salaire n'augmentant pas après deux ans, il reprend son métier de vendeur de bonbons, entre autre au théâtre burlesque de la Second Avenue où il joue sur scène. Puis il achète d'occasion une chambre 5x7 inches et loue un poney qu'il appelle Hypo, il photographie les enfants dans les rues de l'East Side les samedi et dimanche, le reste de la semaine il développe ses plaques et réalise ses tirages qu'il fait sécher au soleil.

Dans les années 1920, amoureux, il quitte sa famille, il dort où il peut avec une préférence pour la Pennsylvania Railroad Station, mais la police le chasse au bout de quelque temps et lui suggère de travailler pour les restaurants à automate. Le matin, il distribue muffins et café, le soir, il loue un lit dans le Bowery, le reste du temps, il marche et photographie les retraités, les buveurs, les femmes missionnaires, et de jour comme de nuit, dans les rues tranquilles où il n'y a pas de crimes, mais seulement des alarmes d'incendie après le passage des fêtards.

Il pratique une multitude d'emplois avant de trouver un travail à 15$ la semaine dans un studio de photos d'identité où il reste trois ans, avant de travailler en 1923 chez ACME Newspictures qui alimente le journal Scripps-Howard et d'autres. Il photographie dès 1933 officieusement la nuit car il y a moins de reporters disponibles à l'agence, il couvre les feux puis les explosions, les collisions, la guerre des gangs de la prohibition, les morts, les rois, les présidents et les hommes célèbres. Il a acheté le flashbulb produit chez General Electric... Premier scoop, le portrait du président Coolidge, image retransmise par téléscripteur de New York à la Maison-Blanche, le deuxième, le champion de polo à bord de l'ambulance, le troisième, le déraillement d'un train...


 

 

 

Usher H. Fellig naît le 12 juin 1899 à Zloczow. Second des sept enfants du rabbin, Bernard Fellig. 1933-1935, il photographie officieusement pour les urgences de nuit, il couvre les feux (3 dollars = 3 alarmes), explosions, collisions, guerre des gangs... Affublé d'une réputation de "Psychique" par les filles de l'agence, il arrive à publier des images d'un évènement avant la tombée de l'information officielle. Elles l'appellent "Oui-ja" (planche où l'on retrouve l'alphabet et des symboles divers sur laquelle on bouge les doigts pour recevoir des messages télépathiques et spiritualistes) qu'il écrit Weegee: "Je trouve que c'est le meilleur nom pour un meilleur photographe comme moi". 1935-1945, indépendant attaché au quartier général du Manhattan Police Headquarters, il est prévenu directement des crimes, catastrophes, scènes de violence... Il dit "Le crime étant mon huître, et j'aime ça... c'est mon diplôme de fin d'études sur la vie et la photographie". En 1938 sa voiture est devenu sa maison, le coffre extra-large contient les flashs, la machine à écrire, les films infrarouge, le salami, la boîte de cigares, des chaussures et des bottes. Il a une carte de presse et un poste captant les signaux, branché sur l'émetteur radio de la police pour 17 dollars par mois. Entre 1940 et 1944, il est sous contrat avec le journal PM. En 1941 première exposition "Murder is my business"; 1944 première conférence au Musée d'art moderne de New York; 1945 premier livre "Naked City"; 1948 deux films, "Naked City" de Mark Hellinger chez Universal Pictures et" Weegee's New York" en couleur sur Coney Island; 1948-1950 technicien, conseiller et acteur pour des films à Hollywood; 1950-1953 quitte "Zombieland" (Hollywood), sous contrat avec Universal et Columbia Lecture Bureau, il donne des conférences à travers les Etats-Unis; 1951, il travaille pour la presse, la publicité et photographie Greenwich Village; 1952, il montre ses photo-caricatures réalisées avec un objectif "rusé et manipulé par lui" au Captain Steichen qui l'encourage; 1957, il achète un kaléidoscope qu'il monte sur son appareil et revisite ses anciennes images. Séquence dans le film "Windjammer"; 1958, conseiller pour les effets spéciaux du film" Dr. Strangelove" de Stanley Kubrick, il tourne un film à Bruxelles à l'occasion de la Foire internationale; 1958-1968, il réalise une série de portraits des personnalités du monde photographique; 1959, armé d'un Polaroid, il réalise des photos de mode à Paris; 1960, il vit à Londres, collabore avec le Daily Mirror, Sunday Graphic, The Times; 1967, films "Fun City" et "The Idiot box" à l'occasion de son 50e anniversaire et de son exposition au MoMA de New York. Il meurt le 28 décembre 1968 à New York.

Weegee_Autoportrait_1940

    [retour liste]